Page 1 sur 3

Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 28 Novembre 2016, 16:54
par ecolonu
Bonjour les amis du forum,

Voici un reportage intéressant:

http://ici.radio-canada.ca/emissions/gr ... que=423010

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 28 Novembre 2016, 18:03
par va-two-nu
95% des (femmes) naturistes sont mal à l'aise avec l'image photo de leur corps nu. (Presque) autant que pour les non naturistes. Kimberly veut devenir enseignante: or 15 % des naturistes (femmes) seraient enseignants. Pourtant lorsque des enfants sont impliqués, la société est très réticente voir irrité vis à vis la nudité...

Vittorio

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 30 Novembre 2016, 14:20
par Kobalt
va-two-nu a écrit:95% des (femmes) naturistes sont mal à l'aise avec l'image photo de leur corps nu [...]
Vittorio


Imagine celles qui ne sont pas "dans la norme de la société"..

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 30 Novembre 2016, 15:56
par va-two-nu
Kobalt a écrit:
va-two-nu a écrit:95% des (femmes) naturistes sont mal à l'aise avec l'image photo de leur corps nu [...]
Vittorio


Imagine celles qui ne sont pas "dans la norme de la société"..


L'écart est pourtant mince! Pour chaque femmes naturiste, il en a 100, fières dans leur string (parfois mono). Allez faire un tour par exemple sur les vidéos des Carnavals (de Rio), notamment. Donc une non naturiste est court-vêtue pour se montrer, tandis que les naturistes, vous savez!...

Vittorio

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 30 Novembre 2016, 19:30
par Anakedman
Semble que le lien ne soit plus disponible ?

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 30 Novembre 2016, 20:58
par Jean Morency
Non effectivement il semble avoir été effacé.
Jean

Une question de seins nus

MessagePublié: 15 Juin 2017, 11:39
par Michel Vaïs
Je ramène ce sujet parce qu'il y a eu avant-hier des articles dans les médias au sujet d'une jeune femme qui s'était mise les seins nus au parc Jeanne-Mance, à Montréal. Un « cadet » l'a approchée (il y a tout près une caserne des Forces armées canadiennes) pour lui intimer de se rhabiller, sinon il appellerait la police et il l'a menacée de recevoir alors une amende de 1000$. C'est complètement absurde, car aucune loi n'interdit les seins nus, pas plus à Montréal, ailleurs au Québec, que dans le reste du Canada.

La jeune femme a obtempéré, mais elle a prévenu les médias qui s'en sont donné à cœur joie. Elle a aussi déclaré qu'elle récidiverait.

Voir par exemple ce lien que m'a envoyé la Poissonne de ce forum:
< http://montreal.ctvnews.ca/topless-sunbather-targeted-by-police-cadets-1.3457880 >

Voici une analyse intéressante de mon correspondant en Outaouais, Richard Gravel, que je reproduis avec sa permission:

Comme toujours, au Canada, il y a deux niveaux d’autorité qui décident de notre sort. Et les deux niveaux sont présentement assez frileux. Au niveau provincial, un directeur des poursuites a émis une directive en 1987, qui modère l’application de l’article 174. Mais il semble que personne ne soit ou courant. Tous ceux qui ont été arrêtés, il me semble, auraient dû se prévaloir de ce document dans leur défense.

Ce même document pourrait être amendé pour y inclure une clause seins nus. Il y a trois provinces qui ont débattu de l’inconstitutionnalité d’interdire le droit aux seins nus. Pourquoi en faudrait-il une autre ? Ces trois provinces forment une jurisprudence à l’endroit de l’article 174, il me semble. Et si cela est, il suffirait d’en informer le public et les forces de l’ordre.

Attendez, il y a plus ! Au niveau fédéral, le ministère de la Justice entreprend un nettoyage des lois dites zombies, soit toutes les lois qui ne sont pas conformes à la Charte des droits et libertés. Et s’il y en a une qui souffre de non conformité c’est bien celle d’interdire la nudité. Comment ? La constitution nous protège d’être empêché de pratiquer une religion ou d'être obligé d’en pratiquer une. Or, cet article de loi a été créé de toutes pièces pour empêcher les Doukhobors de défiler nus. Et cela, par une autre religion, le christianisme, tel que pratiqué par les Anglos-Saxons. Quelle ironie  ! En fait, une bonne partie de nos lois sont une extension d’une religion ou une autre.

En général, si vous êtres pris nu, vous êtes foutu. Par contre, en groupe de mille ou plus, vous êtes OK. Où est la justice ? Cette loi à été créée pour freiner les déploiements de foules nues. En fait, une loi qu’on applique selon l’humeur n’est pas une loi.

Voir: < https://www.reddit.com/r/canada/comments/29xsbl/pride_nudity_and_the_law/ >

En fait, ce n’est pas d’être nu qui est interdit, mais le fait d’être vu nu. Il faut donc s’assurer du comportement des autres à notre égard... On pourrait continuer longtemps.

Et que dire de l’article 173 du même code criminel ? Tout dans cet article est indéfini ! Qui peut définir les mots suivants : indécence, troubler l’ordre, action indécente, offenser quelqu’un, exhiber ses organes génitaux (nu ?) ? Chacun de ces termes peut être utilisé à volonté sans les définir. Ce sont des mots passe-partout.

Voir: < https://www.glapn.org/sodomylaws/world/canada/caeditorial008.htm >

J’ai essayé de trouver à qui on pouvait envoyer un mot pour attirer l’attention sur les points précédents, mais je n’ai pu aller loin dans mes recherches.

J’aimerai qu’une Gwen Jacob québécoise se lève et prenne les choses en mains, mais entre temps, il faudrait bouger un peu. J’aimerais un peu de militantisme de la part de la FQN.

Richard

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 15 Juin 2017, 11:49
par Michel Vaïs
Voici le document que Richard Gravel avait joint à son analyse, qui pourrait s'avérer fort utile à certains un jour, devant des policiers trop zélés :

Il provient du Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec

NUD-1

NUDITÉ

En vigueur le :
1987-06-26
Révisée le :
2013-12-19
P.-V. No :
87-04
Actualisée le :
2007-03-15
Référence : Article 174 du Code criminel Renvoi :
1. [Aucun recours] - Le recours à l'article 174 C.cr. n'est pas opportun dans les cas suivants :
a) la nudité est pratiquée dans des circonstances ou dans un endroit empreint d'un certain caractère d'intimité;
b) elle est pratiquée dans un endroit apparemment non fréquenté par le public en général ou encore dans un endroit d'où il peut être exclu;
c) l'accès à cet endroit est contrôlé;
d) il s'agit d'un endroit isolé.
2. [Recours à des dispositions autres que l'article 174 C.cr.] - Le procureur privilégie le recours aux dispositions pertinentes du Code criminel, autres que l'article 174 C.cr., dans les cas suivants :
a) la nudité à l'occasion de spectacles dans les cabarets;
b) la nudité accompagnée de désordre ou d'inconduite.
Directives du Directeur des poursuites criminelles et pénales 1.
3. [Recours à l'article 174 C.cr.] - Le procureur privilégie le recours à l'article 174 C.cr. dans les cas suivants :
a) la nudité est totale dans un endroit public qui n'a aucun caractère d'intimité et il y a absence d'excuse légitime;
b) la nudité est partielle dans un endroit qui n'a aucun caractère d'intimité
et
i) il y a exposition des organes génitaux et absence d'excuse légitime;
ii) il y a exposition de parties du corps autres que les organes génitaux, de telle sorte que la personne est vêtue de façon à offenser la décence ou l'ordre public, et il y a absence d'excuse légitime. Dans ce cas, le procureur doit tenir compte des circonstances particulières, notamment de l'endroit, de l'âge des personnes présentes et du lien de parenté entre le contrevenant et les personnes présentes.
4. [Avis au suspect] - Lorsque, dans tous les cas mentionnés au paragraphe3, le procureur vérifie l'opportunité de poursuivre, il doit considérer si un avis de se vêtir a été donné au contrevenant et si ce dernier s'y est conformé.

Re: Une question de seins nus

MessagePublié: 15 Juin 2017, 16:58
par bobettebob
Voir aussi le sujet de 8 pages "Naturisme chez soi et ailleurs ?" : viewtopic.php?f=21&t=4087

Faut-il attendre que le nom d'une jeune femme "seins nus" sorte du lot et qu'elle rencontre des ennuis avec la justice, et que ça se retrouve devant les tribunaux, avant qu'on puisse enfin voir des changements dans les lois provinciales et/ou nationales ?

À qui faudrait-il s'adresser pour faire changer la loi afin de dé-criminaliser le droit aux seins nus dans un contexte non-indécent ? Quels groupes d'intérêt pourraient s'associer à la même cause ? Par où commencer ?

M. Gravel apporte un point intéressant. Dans un parc, une femme seule lit un livre, paisiblement, sans porter le haut. Un/une imbécile formulera une plainte, et madame se fera dire de se rhabiller ou on lui colle une contravention. Un groupe de femmes book-club vont au même parc, si elles ne dérangent personne, les patrouilleurs viendront probablement leur dire « on a reçu une plainte, il n'y a rien à signaler, bonne journée ! ».

Il y a aussi « le fait d'être vu nu ». Quel type de personne se plaindrait de voir une personne nue ou topless, en été, et qui ne dérange personne ?

Pendant que j'y repense... Dans un épisode de CSI, des suspects fournissent au détective une carte où une loi est citée, les obligeant à soit les libérer ou ne pas effectuer l'arrestation par respect de leurs droits. Est-ce qu'imprimer la version courte de la loi 174 sur un bout de carton pourrait aider les braves du topless à "éduquer" les patrouilleurs ?

Re: Une jeune femme à l'aise avec son corps?

MessagePublié: 15 Juin 2017, 18:13
par Jean Morency
Les responsabilités sociales incombent à toutes personnes et n'est pas que l'affaire de quelques groupes sociaux ou OBNL

La mobilisation ( adhésion à une Fédération ou autre groupe ) devient alors d'une importance cruciale lorsqu'il s'agit de protéger un droit individuel et collectif.

Quant à la FQN, je suis d'avis qu'il serait utile d'avoir un avis juridique en bonne et due forme par une firme d'avocats. Lequel avis serait imprimé et distribué à nos membres. Et lors de telles incidents servirait à informer les "désinformés" , qu'il s'agisse d'agents de la paix, de policiers ou tout autre agent de parc nationaux et régionaux.

Ce serait déjà un bon début.

Jean Morency